Testata_2

LE THEATRE ROMAIN DE CARTHAGE
Carta_Sm

Le Théâtre romain de Carthage a été construit durant le deuxième siècle, dans la partie nord-est de l’ancienne ville, et il est fondé au pied de la colline de l’Odéon, sans toutefois reposer contre cette dernière. Pour cette raison, ce théâtre représente une typologie intermède entre le théâtre grec, ensilé dans le sol, et e théâtre romain, généralement construit sur un terrain ouvert.
Dans son structuration originaire, l’architecture du théâtre de Carthage comprenait trois galeries concentriques et en haut un portique avec des colonnes. En outre, les gradins en forme de demi-cercle d’une dimension de 100 mètres de diamètre ont été construits sur un complexe système des voûtes qui empêchent la construction de s’enliser dans le sol.
Pendant le V siècle le théâtre a été totalement détruit par les Vandales et n’a été réutilisé que vers la fin du 19ème siècle, après avoir été partiellement aménagé. Les fouilles archéologiques ont mis en lumière de nombreuses statues, dont la statue colossale d'Apollon, aujourd’hui conservée au Musée du Bardo.
L'importance historico-architecturale et culturelle du théâtre romain de Carthage est liée à sa taille imposante, grâce à laquelle il peut accueillir plus de 10.000 spectateurs, et à ses particularités qui le rendre un véritable chef-d'œuvre de l'architecture romaine. En outre, avec les théâtres de Bulla Regia et Dugga, le Théâtre de Carthage, représente un de seul trois théâtres romains en Tunisie.
Aujourd’hui, le théâtre romain de Carthage est un site d’importante valeur touristique, qui maintient une forte activité culturelle et artistique, à niveau national et international, qui abrite plusieurs événements littéraires importants. En particulier à partir de 1964, le théâtre antique de Carthage accueil chaque année, durant l’été, le Festival International de Carthage, évènement sponsorisé par le Ministère de la culture tunisien qui rassemble les talents internationaux dans tous les domaines des arts théâtraux.

Références bibliographiques:
Abdelmajid Ennabli (1973-1974), "Carthage romaine", Vie des Arts, vol. 18, n° 73, pp. 22-26.
Karen E. Ros (1996), "The Roman Theater at Carthage", American Journal of Archaeology, Vol. 100, No. 3, pp. 449-489

CREDITS